muer


muer

muer [ mɥe ] v. <conjug. : 1>
• 1080; lat. mutare « changer » 2. muter
1 V. tr. Vx Changer. Littér. MUER EN : transformer en. « La pluie avait soudain mué Venise en une immense moisissure » (F. Mauriac). Pronom. « Ces joies refoulées se sont muées en rêves » (R. Rolland).
2 V. intr. (XVIe) Changer de peau, de plumage, de poil (en parlant d'un animal). se dépouiller; mue. « Un paon muait, un geai prit son plumage » (La Fontaine).
(De la voix humaine) Changer de timbre au moment de la puberté. mue; vx muance. Sa voix mue. Voix muée. Les enfants muent entre onze et quatorze ans.
⊗ HOM. Mue :mus (mouvoir); muerai :murai (murer).

muer verbe intransitif (latin mutare, changer) Subir la mue, en parlant d'un animal. Changer de timbre au moment de la puberté, en parlant de la voix ou de celui qui a cette voix. ● muer (homonymes) verbe intransitif (latin mutare, changer)muer verbe transitif Littéraire. Transformer quelque chose en quelque chose d'autre : Muer son amour en haine.muer (expressions) verbe transitif Muer sa tête, en parlant d'un cerf, perdre ses bois. ● muer (homonymes) verbe transitif muet adj. m

muer
v.
rI./r v. intr.
d1./d Changer de pelage, de plumage, de carapace, etc., en parlant d'un animal.
d2./d Changer de ton et devenir plus grave, en parlant de la voix d'un adolescent.
Par ext. Jeune homme qui mue, qui acquiert sa voix d'homme.
rII./r v. Pron. Il s'est mué en cuisinier pour la circonstance.

⇒MUER, verbe
A.— Emploi intrans. Effectuer la mue (v. mue1).
1. [Le suj. désigne un animal] Changer, renouveler sa peau, son plumage, son pelage, sa carapace. Le paon mue. Il a le cou pelé comme si quelqu'un s'était frotté à sa peinture mal séchée (RENARD, Journal, 1902, p. 743). Six jours après, elle [la larve] mue et devient nymphe octopode (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p. 389) :
1. Tel l'animal qui mue, qui brise sa carapace trop étroite et s'en fait une plus jeune; sous son enveloppe nouvelle, on reconnaîtra aisément les traits essentiels de l'organisme qui ont subsisté.
H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p. 210.
P. métaph. Il est piquant de noter bien des incidents et des vicissitudes de mots, à cette époque [de Vaugelas] où la langue muait et où elle était en train de revêtir son dernier plumage (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 6, 1863, p. 370).
2. [Le suj. désigne la voix de l'adolescent de sexe masculin] Changer de timbre, de hauteur. Dès qu'un enfant a atteint l'âge de puberté, sa taille commence à se former; ses traits prennent du caractère, sa voix mue et se renforce (BERN. DE ST-P., Harm. nature, 1814, p. 292). Tout à coup, Daniel se rapprocha de Jacques et lui toucha le bras. — « Écoute », dit-il; sa voix, qui muait, prit une sonorité basse, solennelle : « je pense à l'avenir. Sait-on jamais? (...) » (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 649) :
2. Sans doute les lignes de la voix, comme celles du visage, n'étaient pas encore définitivement fixées; la première muerait encore, comme le second changerait.
PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 908.
[P. méton.] Dire, Seigneur, qu'il fut un temps où je n'avais pas mué (ARNOUX, Renc. Wagner, 1927, p. 40).
P. métaph. Pendant cette période, la voix de la social-démocratie, elle aussi, s'est mise à muer, à sonner faux (LÉNINE, Que faire? 1933, p. 574).
3. P. ext. Se transformer.
a) [Le suj. désigne un être animé] Il change d'accent, d'aspect, il se transforme, se transfigure, se multiplie, se renouvelle. Sa physionomie mue (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 153). La jeunesse était, qu'on nous passe le mot, en train de muer. On se transformait, presque sans s'en douter, par le mouvement même du temps (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 770). La chenille meurt quand elle forme sa chrysalide. La plante meurt quand elle monte en graine. Quiconque mue connaît la tristesse et l'angoisse. Tout en lui se fait inutile. Quiconque mue n'est que cimetière et regrets (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 570).
b) [Le suj. désigne un inanimé] On entend encor fuser quelques trilles. La couleur du ciel commence à muer (ROSTAND, Musardises, 1890, p. 258). La mer dure emportait les sables de la rive, gagnant toujours, changeant toujours la forme du littoral, qui muait comme un corps et comme une âme (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 574).
B.— Emploi trans. Changer, transformer (quelque chose).
1. Muer qqc. La transformation alimentaire des plantes, des grains consommés s'opère dans un organisme qui élabore avant tout à son profit, multiplie les combinaisons suivant ses besoins, est susceptible de muer les corps ingérés dans les proportions insoupçonnées (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 199).
VÉN. Muer sa tête. [Le suj. désigne un cervidé] Quitter, dépouiller son bois. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. Muer en + compl. désignant la transformation effectuée.
a) Domaine concr. Elle l'avilirait en le forçant aux reniements qui damnent, elle l'abrutirait en l'initiant aux voluptés qui détraquent, elle le muerait enfin de moine en bête et pour toujours! (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 282). Pour des gens habitués de longue date à entendre les « um » prononcés « oum », les « us » prononcés « ous », les « ur » prononcés « our », les j devenus des y, pour les gens accoutumés au chuintement du c qui mue, par exemple, le mot « coelum » en celui de « tchoeloum », le latin à la française était déjà un peu embarrassant (HUYSMANS, Oblat, t. 2, 1903, p. 66). Le lin poussa. D'insensibles nuances altérèrent la lourde toison rase et verte des champs, la muèrent en jaune pâle. Et le soleil y jeta son or (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 27) :
3. ... assister à l'arrivée du lait, voir le ventre de l'usine engloutir le flot blanc et d'organe en organe le séparer en ruisselets de crème et de petit lait, le rafraîchir, le mûrir, le muer à la fin en beurre, mottes fermes et onctueuses, couleur or...
PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 213.
b) Domaine abstr. Muer en tranquillité morale les inquiétudes que le socialisme leur donnait sur la légitimité de la possession (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 108). L'humanité, au bord de l'abîme, se ressaisit et mue une terrible menace en un immense bienfait (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 364).
3. Emploi pronom. La vraie campagne est enfin sortie de ces assemblages de couleurs chimiques et c'est, dans cette nature baignée d'air, un grand calme, une sereine plénitude descendant avec le soleil, une enveloppante paix s'élevant de ce site robuste dont les tons éclatants se muent sous un vaste firmament, aux nuages sans menaces (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 257).
Se muer en + compl. indiquant la transformation. Comment l'Allemagne a fait son unité. Ce besoin d'unité satisfait s'est mué en pangermanisme. Cela peut servir pour frontière du Rhin : on ne supprimera pas leur tendance à l'unité (BARRÈS, Cahiers, t. 11, 1917, p. 333). La bombe glacée se mua en une crème jaune (MAURIAC, Baiser Lépreux, 1922, p. 170). Jusqu'au jour où, converti, il se mua en apologiste catholique et reconnut en Jésus-Christ le surhomme de ses anciennes rêveries philosophiques (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 244).
REM. Muant, -ante, part. prés. et adj. Le frère Feydeau est arrivé, avec son œil caressant, sa voix muante et ses habitudes de corps, qui ont quelque chose des coucheries des chiens de chasse (GONCOURT, Journal, 1860, p. 749).
Prononc. et Orth. :[mye], [], (il) mue [my]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 « changer, modifier » muder (Alexis, éd. C. Storey, 116); 1100 muer (Roland, éd. J. Bédier, 2502); ca 1160 se müer (Enéas, 9960 ds T.-L.); 1269-78 muer en (JEAN DE MEUN, Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, 11152); 2. 1100 « changer de plumes » hosturs muez (Roland, éd. J. Bédier, 129); 1394 muer la teste (en parlant du cerf) (HARDOUIN DE FONTAINES-GUÉRIN, 1673 ds TILANDER Nouv. Mél., p. 300); 3. 1575 « devenir grave, en parlant de la voix » (A. PARÉ, Œuvres, VI, 18, éd. J. F. Malgaigne, I, 414); 4. 1690 mus. « changer de ton » (FUR.). Du lat. mutare « déplacer, changer, modifier ». Fréq. abs. littér. :161.

muer [mɥe] v.
ÉTYM. 1080; muder, v. 1050; du lat. mutare « changer ». → Muter.
———
I V. tr. Vx. Changer (→ Main, cit. 92, Ronsard).
(XIIIe). Littér. || Muer en : transformer en…
1 La pluie avait soudain mué Venise en une immense moisissure.
F. Mauriac, le Mal, VI.
(XIIe). || Se muer en… : se changer, se transformer en… (→ Aller, cit. 49; fortune, cit. 40; joie, cit. 5). || « Ces artisans se muent en de véritables artistes » (→ Degré, cit. 17, Huysmans). || Un cri (cit. 8) qui se mue en rire.
2 Mais ces joies refoulées se sont muées en rêves.
R. Rolland, le Voyage intérieur, III.
3 Et Politzer, incapable de rassembler ses esprits (…) contemplait cet extraordinaire compagnon avec un malaise qui, petit à petit, se muait en terreur servile.
G. Duhamel, Salavin, V, XII.
———
II V. intr.
1 (1080). En parlant d'un animal. Changer de peau, de plumage, de poil lors de la mue. Dépouiller (se). || « Un paon muait, un geai prit son plumage ». || Les oiseaux en général muent dans la première année de leur âge (→ Livrée, cit. 11). || L'oiseau a mué hier. || « L'oiseau est mué depuis quelques jours » (Littré).Insecte qui mue (→ Métamorphose, cit. 5).
4 Communément c'est vers la fin de l'été et en automne que les oiseaux muent; les plumes renaissent en même temps, la nourriture abondante qu'ils trouvent dans cette saison est en grande partie consommée par la croissance de ces plumes nouvelles (…)
Buffon, Hist. naturelle des oiseaux, Disc. s. nat. oiseaux.
2 V. intr. (1560). En parlant de la voix humaine. Changer de timbre au moment de la puberté. Mue, muance. || Sa voix mue.Par ext. || Les enfants muent entre onze et quatorze ans.
5 Ce n'était pas une voix d'enfant. Elle avait mué, elle était restée claire et naïve, c'était une voix de bel homme mais il parlait dans l'ombre à hauteur d'enfant.
J. Giono, le Chant du monde, I, IX.
Par métaphore :
6 Je muais, de corps et d'âme, de la voix comme de la pensée.
R. Rolland, le Voyage intérieur, II.
——————
mué, ée p. p. adj.
1 Mué en… : transformé en… || Des camelots (2. Camelot, cit. 1) mués en changeurs.
7 Jean-Jacques Ampère, à vingt ans, a nourri pour elle (Mme Récamier), déjà largement quadragénaire, une juvénile passion (…) par la suite sagement muée en une adoration fidèle et sans espoir.
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 274.
2 Qui a subi une mue (1. Mue, I., A.). || Oiseau mué.
3 (Voix). Qui a subi la mue (1. Mue, I., B.).
DÉR. Muance, 1. mue. — (Du même rad.) V. 1. Muté, 1. muter.
COMP. V. Commuer, immuable, remuer, transmuer.
HOM. Muet.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • muer — MUER. v. n. Changer de. Il ne se dit qu en parlant du changement qui arrive ou aux animaux ou aux oiseaux, quand le poil ou le plumage leur tombe, ou aux serpens quand ils se dépoüillent de leur peau, ou aux jeunes personnes quand la voix leur… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • muer — Muer, act. acut. est changer, Mutare, Commutare, Demutare, Permutare, Immutare. Muer en autre forme, Transfigurare, Transformare. Muer sa teste, est dit des Cerfs quand en Fevrier en Mars ils jettent leurs rameures. Estre mué en masle, Mutari in… …   Thresor de la langue françoyse

  • muer — (pronunc. [mu ér]) m. *Muaré (tela). * * * muer. m. p. us. muaré …   Enciclopedia Universal

  • muer — m. p. us. muaré …   Diccionario de la lengua española

  • muer — (mu é), je muais, nous muions, vous muiez ; que je mue, que nous muions, que vous muiez. 1°   V. a. Changer. •   Qui de Méduse eût vu jadis la tête Était en roc mué soudainement, VOLT. dans le Dict. de BESCHERELLE..    Usité en ce sens dans le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MUER — v. n. Changer. Il se dit Des animaux quand ils changent de poil, de plumes, de peau, etc. Ce chien, ce chat mue, commence à muer. Cet oiseau muera bientôt. C est ordinairement vers la fin de l été et en automne que les oiseaux muent.   Il se dit… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MUER — v. intr. Changer de poil, de plumes, de peau, etc., en parlant des Animaux. Ce chat mue, commence à muer. Les oiseaux muent. Il se dit aussi en parlant des Jeunes gens parvenus à l’âge où la voix change et devient plus grave. Sa voix commence à… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Muer — Original name in latin Muer Name in other language Moer, Muer, Mur State code ID Continent/City Asia/Makassar longitude 8.749 latitude 117.7305 altitude 88 Population 0 Date 2012 01 17 …   Cities with a population over 1000 database

  • muer — al·muer·zo; muer·mo; …   English syllables

  • Muer — mur, muer nn marécage Alsace …   Glossaire des noms topographiques en France


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.